mai 18, 2024
Accueil » Permis : pas de retraits de points en raison d’un bug informatique

Permis : pas de retraits de points en raison d’un bug informatique

Permis

Un bug informatique fait le bonheur de pas mal d’automobilistes français. Il rend en revanche la vie difficile aux autorités, en particulier les centres de stage de récupération de points. Cette anomalie a surgi quelques mois plus tôt lorsque le système informatique traitant les infractions routières a été mis à jour. Actuellement, le problème n’est toujours pas résolu. Une aubaine pour certains conducteurs qui ont reçu un PV, mais qui n’ont pourtant pas perdu de points sur leur permis !

D’une simple mise à jour à l’annulation des retraits de points

Tout commence par une défaillance informatique survenue en novembre 2023. Celle-ci n’est absolument pas due à une cyberattaque, mais plutôt à l’intervention d’un prestataire sélectionné par l’État afin d’apporter des modifications au logiciel qui gère les infractions routières. Au départ, la mise à jour devait uniquement toucher les sanctions pour petits excès de vitesse (inférieurs à 5 km/h). Malheureusement, elle a aussi entraîné l’annulation des retraits de points pour certaines infractions, notamment celles flashées par les radars. Sont par exemple exonérés le franchissement d’un feu rouge et les excès de vitesse de 20 km/h et plus. Notez que ce bug informatique n’a aucun impact sur les amendes.

Un bug informatique aux conséquences temporaires ou permanentes ?

L’erreur informatique en question, et par effet domino, la crise sans précédent qu’elle a engendrée seraient en cours de résolution. La direction de la sécurité routière tient d’ailleurs à assurer qu’un retour à la normale est envisageable « dans les jours à venir ». Elle n’a cependant pas donné de date précise, ce qui ne manque pas de créer des inquiétudes chez les professionnels du secteur.

Le répit dont les automobilistes français ont pu profiter ces derniers mois serait donc de courte durée. L’autre volet qui suscite les intérêts des usagers concerne l’éventuelle régularisation, une fois que le bug temporaire lié aux retraits de points est solutionné. Il faut rappeler que cette sanction administrative n’est soumise à aucun délai de prescription. En théorie, les conducteurs ayant commis des infractions non comptabilisées pourraient donc être poursuivis de manière rétroactive.

Autre impact non négligeable : la crise auprès des centres de récupération de points

Sur les 300 centres de récupération de points existants, pas moins de 20 % se trouvent en difficulté administrative ou économique actuellement. La faveur accordée involontairement par l’administration associée à la nouvelle réglementation des petits excès de vitesse a engendré une diminution considérable du nombre d’automobilistes participant aux stages de récupération. Le niveau de fréquentation a baissé d’environ 35 %, ce qui a entraîné un manque à gagner de l’ordre de 8 millions d’euros sur tout le réseau.

Cette défaillance informatique a aussi provoqué des problèmes opérationnels auprès des centres de récupération de points. Elle est entre autres responsable de l’annulation massive des stages, sans compter une probable mise en chômage technique des formateurs. 

Quid des effets sur les comportements de conduite ?

Aucune perte de points, juste des amendes ! Voilà un « cadeau » qui risque d’avoir des conséquences encore plus catastrophiques. En effet, au-delà des répercussions logistiques et financières, la suspension des retraits de points risque de favoriser les comportements dangereux, conduisant à une augmentation du nombre d’infractions et d’accidents sur la voie publique. 

Pour conclure, il est crucial pour les autorités compétentes de renforcer rapidement la sensibilisation du public en matière de sécurité routière. L’on appelle également à la vigilance et à la conscience des conducteurs !